La nature regorge de nombreuses ressources bénéfiques pour la santé. Et pas seulement pour la santé psychologique ! La beauté de la nature demeure effectivement le meilleur remède contre un coup de blues ou le stress. Les bienfaits de la nature vont bien au-delà du mental. Depuis la nuit des temps, l’Homme a su exploiter les vertus des plantes pour soulager ses divers maux et maladies.

L’une des plantes reconnues pour ses nombreux bienfaits sur la santé est l’acérola. Une plante qu’on ne présente plus normalement. Son surnom « vitamine C naturelle » en dit long sur elle. Mais tellement ses vertus sont excellentes qu’elle mérite d’être relatée à travers ce guide complet. D’où vient cette plante ? Quelles sont ses propriétés médicinales ? Qu’est-ce qu’elle contient ? L’acérola en complément alimentaire ?… Vous aurez toutes les réponses dans ce guide.

LE GUIDE COMPLET DE L'ACEROLA

Description de l’acérola

L’acérola est le fruit d’un petit arbuste tropical originaire de l’Amérique du sud, principalement du Brésil, et de l’Amérique centrale appelé acérolier. Cette plante fruitière persistante, de la famille des Malpighiacées, mesure entre 3 et 8 m de haut en milieu naturel. Elle porte des feuilles ovales à elliptiques et des fleurs de couleur rose violacé disposées en cymes. Ces dernières donnent une petite baie de couleur rouge brique, de forme ovoïde bosselée de 1 à 2 cm de diamètre qui ressemble beaucoup à la cerise. Ce n’est ni plus ni moins que l’acérola.

C’est à cause de cette ressemblance étroite avec la cerise qu’on l’appelle également la cerise des Antilles ou la cerise de la Barbade. L’acérola renferme trois noyaux triangulaires et une pulpe jaune très juteuse au goût acidulé. Difficile d’imaginer qu’un si petit fruit, qui pèse en moyenne 20 à 40 grammes, puisse offrir des vertus incroyables pour la santé. Et pourtant c’est le cas ! Dans chaque fruit d’acérola, on retrouve les quatre grandes propriétés suivantes : tonifiante, antioxydante, anti-infectieuse et reminéralisante. En raison de ces différents bienfaits, le fruit est exploité par l’industrie phytosanitaire. L’acérola se présente la plupart du temps sous forme de gélule en pharmacie. Mais on le retrouve aussi sous la forme de jus, de poudre, de chewing-gum, etc.

Un fruit survitaminé

Beaucoup de maladies apparaissent essentiellement pendant l’hiver et les saisons intermédiaires. C’est le cas du rhume. Dès la première petite baisse de température, les nez commencent à couler. Et si la solution était une cerise magique bourrée de vitamines qui répond au nom d’acérola ?

L’acérola est l’un des fruits les plus riches en vitamines qu’on n’ait jamais connus. Il est surtout réputé pour sa forte concentration de vitamine C. Il fait partie des cinq fruits les plus riches en vitamine C dans le monde. Ce fruit contient entre autres de la vitamine A (rétinol), B1 (thiamine), B2 (riboflavine), B6 (pyridoxine), et surtout de la vitamine C (acide ascorbique). Un fruit d’acérola de 100 g contient environ 1678 mg de vitamine C, soit une teneur 20 à 100 fois plus élevée que les fruits réputés dans ce domaine à savoir l’orange, le kiwi, le citron et la goyave. L’orange, elle, en apporte 70 mg. Une cerise d’acérola contient également 76 µg de vitamines A contre 20 µg pour l’orange.

Hormis ce concentré de vitamines, l’acérola contient aussi des minéraux comme le calcium et le phosphore ainsi que des antioxydants dont des cartonoïdes et des bioflavonoïdes (vitamines P). Grâce à ces derniers, la vitamine C contenue dans l’acérola est plus facile à assimiler par l’organisme. On parle aussi de vitamine C naturelle bio-disponible. Elle procure des effets plus bénéfiques que la vitamine C de synthèse qui, elle, est rejetée en grande partie dans les urines.

Histoire d’utilisation de l’acérola

Encore méconnus en Europe jusqu’à la fin de la 2ème Guerre Mondiale, les bienfaits de l’acérola ont pourtant été découverts et exploités dans les pays tropicaux depuis des millénaires, depuis le XVIe siècle plus exactement. Les Indiens d’Amérique du sud l’utilisaient pour soulager certaines formes de troubles hépatiques et digestifs comme la dysenterie ainsi que la grippe, la fièvre et les morsures de serpent. La très forte concentration de vitamine C dans ce fruit en fait un aliment exceptionnel pour booster le système immunitaire et éliminer les toxines. L’acérola est aussi consommé en cas d’anémie, d’hypercholestérolémie et de diabète.

Au Brésil, de nombreuses tribus ont consommé de l’acérola sous forme de jus ou de fruit frais en raison de ses nombreux bienfaits sur la santé. Elles ont été pratiquement tombées sous le charme de cette plante, à tel point qu’elles en donnaient également à leurs animaux. Pour purger les singes, par exemple, elles leur donnaient de l’acérola en quantité excessive. Les animaux finissent par avoir des diarrhées passagères qui permettent d’éliminer les toxines.

Le nom du fruit a été donné par des conquistadors espagnols ayant découvert ses vertus tonifiantes au XVIe siècle. Etymologiquement, cela signifie « la cerise de l’érable » à cause de l’arbre qui le porte surnommé lui-même « l’arbre de santé ». Quant au nom botanique, c’est le naturaliste suédois Linné qui l’a inventé au XVIIIe siècle en hommage au médecin italien Marcelo Malpighi.

Ce n’est qu’en 1946 que l’industrie phytosanitaire a commencé à s’intéresser de près à l’acérola. Des scientifiques portoricains ont découvert que ce fruit contient une forte teneur en acide ascorbique (vitamine C). Depuis, sa plantation a été encouragée dans les cours d’écoles pour augmenter l’apport en vitamine C des enfants.

Les propriétés médicinales de l’acérola

Si l’acérola suscite autant d’intérêt aujourd’hui, c’est parce que ce fruit magique a une très forte valeur nutritive comme l’illustrent ses nombreuses propriétés médicinales :

  • Tonifiante: Grâce à sa forte teneur en vitamines (A, B1, B2, B6, P), surtout en vitamine C, l’acérola possède des vertus tonifiantes et restructurantes. Il favorise la formation du collagène indispensable pour la tonicité de la peau, des os et des muscles. Sa composition aide à combattre les états de faiblesse générale et de baisse du système immunitaire. L’acérola renforce la résistance de notre corps face aux agressions extérieures. Voilà pourquoi, il est parfait pour lutter contre les maladies saisonnières. Il lutte entre autres contre les fatigues et les maladies hivernales.Grâce à la grande quantité de vitamine C qu’il renferme, l’acérola élimine également les fatigues physique et nerveuse et apaise le stress, voire le surmenage. C’est un puissant tonique et stimulant. L’acérola booste la vitalité globale de l’organisme et renforce l’immunité grâce aux vitamines A, B6 et B1 qu’il renferme. Les personnes en manque d’énergie, convalescentes ou fatiguées auront ainsi intérêt à consommer la baie d’acérola pour faire le plein d’énergie. Contrairement à la vitamine C de synthèse, l’acérola n’entrave pas le sommeil. Il favorise même l’endormissement. Il contient des bioflavonoïdes qui facilitent l’assimilation de la vitamine C par l’organisme.

 

  • Reminéralisante: Grâce aux minéraux qu’il renferme, l’acérola est particulièrement indiqué pour booster l’apport en nutriments après un régime ou une perte de poids significative. C’est aussi un excellent complément à consommer pendant les régimes alimentaires, surtout si ces derniers sont pauvres en légumes et fruits. L’acérola aide les personnes à se remettre de la fatigue et de la malnutrition. Voilà pourquoi, il est indiqué pour les sportifs qui souhaitent récupérer après de gros efforts. Il favorise la prise de masse musculaire et renforce leur endurance. Enfin, ce fruit est aussi recommandé lorsque les besoins nutritionnels augmentent considérablement comme lors de la grossesse, d’une fracture, de la période d’allaitement, etc.

 

  • Anti-oxydante: L’acérola a une importante concentration d’antioxydants (anthocyanines et flavonoïdes). Grâce à ceux-ci, il agit contre le vieillissement de l’organisme en éliminant les méfaits des radicaux libres. Il empêche l’oxydation et l’endommagement des cellules. Il prévient ainsi les maladies cardio-vasculaires, le cancer et les maladies neurodégénératives. L’acérola protège le système pulmonaire et favorise la circulation sanguine. Il stimule la formation des vaisseaux sanguins. L’acérola est aussi indiqué pour traiter l’anémie, le saignement du nez et le rhume. Il aide dans la cicatrisation des plaies.

 

  • Anti-infectieuse: L’acérola possède des vertus anti-inflammatoires et anti-infectieuses. Il a des effets bénéfiques sur les intestins, le foie et les reins. Il est indiqué pour les troubles rénaux, les troubles intestinaux comme la constipation ou les diarrhées chroniques et les troubles hépatiques. La vitamine C contenue dans ce fruit favorise l’absorption du fer par les intestins. Il est aussi parfait pour les intoxications alimentaires ou médicamenteuses. Il régule le taux de sucre dans le sang. Voilà pourquoi il est indiqué en cas de diabète ou de cholestérol.
  • Détoxiquante: L’acérola favorise la détoxination des toxines et des polluants. Il purifie le sang et améliore la circulation de ce dernier. Il est de ce fait parfait en cas de sevrage du tabac ou de la drogue. Il nettoie l’organisme après le sevrage.

 

Valeur nutritionnelle de l’acérola

Inconnu il y a encore 60 ans, l’acérola est aujourd’hui considéré comme une plante médicinale d’exception. Il doit sa renommée à la forte concentration de vitamine C dans son fruit. Ce dernier est classé parmi les cinq fruits les plus riches en vitamine C avec la baie de Goji, l’argousier, le cynorrhodon et le camu-camu. La vitamine C contenue dans l’acérola, jusqu’à 100 fois supérieure à celle qu’on trouve dans l’orange, est bio-assimilable grâce aux bioflavonoïdes présentes dans ce fruit.

Celles-ci renforcent l’effet de la vitamine C. A noter que la vitamine C est un élément important du bon fonctionnement de l’organisme et du cerveau. Elle booste les défenses naturelles de l’organisme pour que celui-ci lutte mieux contre les infections. La vitamine C réduit aussi les effets du vieillissement. Le taux de vitamine C contenu dans la baie d’acérola dépend de sa maturité (plus elle est mûre, moins elle contient de la vitamine C), du climat et de la saison de récolte.

Outre la vitamine C, l’acérola contient aussi de la vitamine B6, B2 et B1 ainsi que de la vitamine A. Cette dernière intervient dans la prévention des maladies comme la cécité nocturne. La dose recommandée par jour de vitamine A est de 900 µg pour les hommes et 700 µg pour les femmes.

L’acérola est aussi riche en oligoéléments et en minéraux comme le fer, le phosphore, le calcium, le magnésium et le potassium. Des études comparatives ont révélé que ce fruit contient deux fois plus de magnésium, de potassium et de vitamine B5 que l’orange. Il est donc tout à fait normal de le qualifier de « super-fruit ».

Un autre atout de l’acérola est sa forte teneur en antioxydants comme le caroténoïde, responsable de la couleur rouge du fruit. Cet antioxydant prévient le vieillissement précoce des cellules. Chaque cerise contient aussi des polyphénols qui sont de puissants antioxydants (tanins, anthocyanes et proanthocyanes) et des flavonoïdes.

Tous ces éléments confèrent à l’acérola une valeur nutritive très importante et des propriétés antioxydantes puissantes.

Transformation de l’acérola

La partie de la plante qui est utilisée en phytothérapie est le fruit. Celui-ci est récolté mûr pour consommation directe ou un peu avant maturité pour extraction ou transformation. On retrouve l’acérola sous forme de fruit frais, de jus, de comprimé ou de gélule sur le marché. Fragile et sensible à la chaleur, la baie d’acérola doit être manipulée avec soins aussi bien pendant la transformation que lors de la conservation.

Le fruit doit être traité rapidement pour éviter la perte de vitamine C. Une fois le fruit récolté, on procède à l’extraction du jus puis à la transformation de celui-ci. Tout doit se passer rapidement, donc au même endroit que la récolte, pour éviter la perte de vitamine C. Pour la fabrication industrielle, le jus doit être congelé si le procédé de transformation est différé. Le jus est lyophilisé afin d’obtenir de la poudre destinée à être commercialisée ou à fabriquer des comprimés ou des gélules.

De nombreuses entreprises, notamment brésiliennes, se spécialisent dans la transformation de l’acérola en poudre. Ces poudres sont constituées au maximum de 80% d’acérola. Le reste est composé d’excipients qui empêchent l’agglomération de la poudre et facilitent sa conservation. Ces excipients, qu’on appelle également supports, constituent un critère important pour juger la qualité du produit.

L’acérola, la vitamine C naturelle

La vitamine C est un élément essentiel qui contribue à notre bonne santé. Notre organisme en a besoin quotidiennement pour bien fonctionner. Malheureusement, il ne peut pas la fabriquer, encore moins la stocker. Il faut alors l’apporter chaque jour par le biais de l’alimentation. Les fruits et les légumes sont les principales sources de vitamine C naturelle chez l’Homme. Parmi les plus connus, il y a le cassis, l’orange, le citron, le kiwi et le poivron. Parfois, l’alimentation ne suffit pas pour compléter la dose quotidienne de vitamine C requise par notre organisme. Les compléments alimentaires comme l’acérola peuvent alors être un excellent moyen de combler le manque.

Les apports nutritionnels de vitamine C conseillés pour un adulte sont de 110 mg par jour. Cette dose doit être majorée de 120 à 300 mg par jour dans certaines circonstances comme chez les femmes enceintes ou qui allaitent, les sportifs et les fumeurs.

La vitamine C apporte de nombreux bienfaits à l’organisme. Mais avant d’aller plus loin, il est important de parler de ces deux idées reçues qui s’avèrent être fausses :

  • La consommation de fruits et légumes par jour apporte la dose de vitamine C requise : NON. D’un côté, les aliments ont une faible teneur en vitamine C à cause de la fragilité de celle-ci. Une fois cuits, ils perdent une partie de la vitamine C qu’ils contiennent. D’un autre côté, chaque individu a des besoins plus ou moins importants en vitamine C en fonction de son mode de vie, de la qualité de l’environnement dans lequel il vit, de la consommation de tabac, de son métabolisme, de la pratique de sport,…

 

  • La vitamine C empêche de dormir : FAUX. Au contraire, la vitamine C, si elle est naturelle, favorise l’endormissement. La vitamine C chimique est difficilement assimilable par l’organisme. Voilà pourquoi, elle entrave la qualité du sommeil quand elle est prise après 16h.

La vitamine C est surtout réputée pour ses vertus antioxydantes et son effet anti-fatigue. A ceci s’ajoutent d’autres bienfaits :

  • La vitamine C favorise la synthèse du collagène, une substance essentielle pour le bon fonctionnement de la peau, du cartilage, des ligaments, des os, des tissus conjonctifs…

 

  • Elle renforce aussi les défenses immunitaires. Elle augmente la production d’anticorps et régule le taux d’histamine en cas d’allergie.

 

  • La vitamine C facilite l’absorption du fer par les intestins. Elle augmente aussi la production de globules rouges. La vitamine C est responsable de la transformation de l’acide folique (vitamine B9) en acide folinique. Celle-ci intervient dans la prise en charge des cancers et des maladies toxiques.

 

  • La vitamine C joue également un rôle important dans le métabolisme des acides gras essentiels. Elle participe à la conversion du cholestérol en acides biliaires et à la regénération de la vitamine E. Une cure d’acérola, surnommée « vitamine C naturelle », permet donc de se débarrasser de l’excès de cholestérol.

 

  • La vitamine C réduit la toxicité des métaux lourds. Elle constitue un allié parfait en cas de tabagisme et d’alcoolisme ou en cas de sevrage.

 

  • Son rôle dans le système cardio-vasculaire est aussi très important. Elle abaisse le taux de LDL et augmente celui du HDL. Ceci contribue à régulariser la tension artérielle.

 

Indications de l’acérola

L’acérola est préconisé en complément d’une alimentation saine et équilibrée pour booster l’apport en vitamine C. Il est surtout indiqué en cas de fatigue, de baisse de l’immunité, de fracture, de maladies infectieuses, d’hypertension, de cholestérol, de cancer, d’intoxication aux métaux lourds et de tabagisme. Il est aussi efficace pour lutter contre le rhume hivernal ou les allergies saisonnières. Bien évidemment, une cure d’acérola est aussi indiquée en cas de scorbut qui est la maladie liée à la carence en vitamine C.

Outre la consommation de fruits et légumes riches en vitamine C (à condition que ceux-ci ne soient pas traités et soient cueillis mûrs et consommés rapidement après la récolte), une supplémentation permet aussi de compléter son apport de vitamine C en cas de scorbut. L’acérola figure en tête de liste des compléments riches en vitamine C naturelle. Une cure d’acérola peut donc s’avérer très bénéfique quand l’organisme a besoin d’un coup de boost en vitamine C.

Posologie

L’acérola peut se présenter sous différentes formes : des comprimés d’acérola à sucer, des gélules d’acérola, de la poudre d’acérola et des solutions buvables à base d’acérola comme le jus d’acérola.

Si vous optez pour la poudre d’acérola, pour une cure classique, il est recommandé de prendre une cuillère à café par jour, de préférence le matin au petit déjeuner. La poudre est à diluer dans un peu d’eau froide, dans une boisson ou du yaourt.

S’il s’agit de comprimés d’acérola à sucer, il faut en prendre trois fois par jour, un à deux comprimés avant chaque repas.

Si vous avez la chance de trouver des baies d’acérola dans les magasins bio (ce qui est peu probable), consommer trois à quatre baies par jour suffit pour compléter les besoins quotidiens de vitamine C d’un adulte.

Il est préférable de prendre l’acérola sous forme de cure. La posologie moyenne conseillée se situe entre 2 000 mg à 4 000 mg par jour. Toutefois, inutile de prolonger la cure tout au long de l’année au risque de faire une surdose de vitamine C. En principe, une alimentation saine et équilibrée, riche en fruits et légumes, suffit à combler les besoins quotidiens de vitamine C. Une supplémentation n’est recommandée qu’en cas de maladies infectieuses, de baisse des défenses de l’organisme ou de fatigue. Sachez donc utiliser l’acérola comme il faut sans en abuser même s’il est excellent pour la santé. La durée de la cure recommandée est de 3 à 4 mois avec une pause d’une semaine toutes les 3 semaines. Le dosage est de 1 000 mg à 3 000 mg par jour selon chaque individu. Il est aussi possible de faire des cures courtes à raison de 3 semaines avec un dosage plus élevé, entre 3 000 mg et 4 000 mg par jour.

Sachez que la dose maximale recommandée par jour est de 1g de pulpe de fruit. Attention, un produit qui contient 1000 mg d’acérola ne contient pas 1000 mg de vitamine C. La teneur en vitamine C se situe aux alentours de 20%. Cela varie en fonction de la qualité de l’Acérola.

Contre-indications et effets secondaires

L’acérola est une plante sécuritaire. Aucun effet secondaire dangereux n’a été rapporté jusqu’à ce moment. Du moins si les doses recommandées sont respectées. En effet, c’est l’absorption excessive de vitamine C qui est susceptible de provoquer des effets indésirables comme des diarrhées, des nausées ou des douleurs abdominales.

Les diarrhées, parfois accompagnées de l’apparition de petits boutons, sont dus à l’effet de détoxination des toxines et des polluants présents dans le corps. L’acérola procède à une sorte de nettoyage à l’intérieur. En quelque sorte, il s’agit d’un mal pour un bien. Toutefois, si les symptômes vont trop loin, il est recommandé de baisser le dosage.

En raison de sa forte teneur en vitamine C, l’acérola augmente le taux d’acide urique dans l’organisme. Il n’est donc pas indiqué chez les personnes souffrant de la goutte. L’acérola favorise aussi la formation de calculs rénaux. Les personnes ayant souffert ou susceptibles de développer des calculs rénaux ne doivent donc pas prendre ce complément alimentaire.

Pour les femmes enceintes ou qui allaitent, il n’y a pas de contre-indication révélée relative à la cure d’acérola. Toutefois, il est préférable de réduire le dosage, voire d’arrêter la cure durant la grossesse ou l’allaitement. De même, les jeunes enfants peuvent également consommer de l’acérola, mais à faibles doses. Cette plante joue un rôle important dans leur croissance et leur développement. En général, les enfants aiment le goût de l’acérola.

Précautions d’emploi

La consommation de vitamine C peut entraîner des troubles digestifs. Il faut donc éviter le surdosage. Pour un adulte, il ne faut pas dépasser la dose d’1g de pulpe par jour.

Il est préférable de demander conseil à un médecin ou pharmacien pour le cas des femmes enceintes et des enfants.

Bien choisir son Acérola

Face à l’engouement pour les compléments alimentaires et la découverte des nombreux bienfaits de l’acérola, de plus en plus de laboratoires proposent des produits à base d’acérola. Cependant, ce ne sont pas tous qui ont le mérite d’être achetés. Il convient de bien lire les étiquettes avant d’acheter pour éviter les mauvaises surprises. Voici quelques conseils pour bien choisir son complément alimentaire à base d’acérola :

  • Vérifier la teneur réelle en vitamine C ou titré en vitamine C : c’est une information avec laquelle les laboratoires ont tendance à jouer. Il faut faire très attention. On ne peut pas extraire d’un fruit plus de vitamine C qu’il n’en contient. La teneur maximale est de 18%. Eh oui, il faut bien que quelqu’un le révèle. Autrement dit, dans un comprimé dosé à 500 mg, il ne peut y avoir plus de 85 mg de vitamine C. Si le taux indique plus, c’est qu’il y a forcément une triche quelque part. Le fabricant ajoute de la vitamine C de synthèse dans la composition. Celle-ci peut être nommée « ascorbate de sodium » ou d’ « acide ascorbique ».
  • Se méfier des produits à bas prix : Certes, la concurrence oblige à rester compétitif en jouant avec les prix, mais aucun laboratoire ne va risquer de faire faillite en réalisant des ventes à perte si le produit est vraiment de bonne qualité. Un complément alimentaire à base d’acérola à bas prix peut faire allusion à de la vitamine de synthèse. Celle-ci est 4 fois moins chère que la vitamine C naturelle contenue dans l’acérola.
  • Vérifier la couleur de la poudre : il ne faut pas oublier que la couleur de la pulpe d’acérola est jaune. La couleur naturelle de la poudre d’acérola est donc jaune orangée. Certains fabricants peuvent y ajouter un colorant pour que la poudre devienne rose (et se rapprocher de la couleur du fruit sur l’étiquette). A la limite, le colorant utilisé doit être d’origine naturelle.
  • Vérifier la teneur en sucres, arômes, édulcorants, agents agglomérants, etc. Ce sont les excipients, qu’on appelle aussi supports dans le jargon industriel. La qualité de ceux-ci constitue un critère important pour choisir son acérola. Aucune poudre ne contient 100% d’acérola. Le dosage maximal est 98%. Il est donc faux de dire qu’un produit contient 100% de poudre d’acérola. Faites attention si vous êtes diabétique, par exemple. Certains produits peuvent contenir du glucose ou du lactose. Ces substances pourraient aggraver les problèmes de glycémie. En général, le support utilisé par les fabricants pour conserver la poudre d’acérola est la maltodextrine, une substance extraite du manioc ou du maïs.
  • Si votre poudre d’acérola se met à se compacter ou former de petits agglomérats, ne vous inquiétez pas. C’est tout à fait normal.
  • Vérifiez également que le procédé de fabrication de votre Acérola ne comprenne pas une étape d’irradiation. Certains produits « Acérola » sont irradiés, c’est-à-dire passés sous rayons gamma, pour éliminer les bactéries. Ce processus élimine aussi en même temps les principes actifs de la plante. Ce qui serait vraiment dommage, car les effets thérapeutiques du produit seraient amoindris.
  • En général, l’appellation BIO ou non importe peu. Ce qui est important, c’est que le produit est riche en vitamine naturelle, et non de synthèse.

Où acheter de l’acérola ?

A moins que vous ne vous rendiez dans les pays producteurs, il vous sera difficile de trouver de la baie d’acérola telle quelle en France. C’est un fruit capricieux qui ne se conserve que deux jours seulement en moyenne. L’acérola que vous trouverez ici se présente sous la forme de complément alimentaire sous forme de poudre, de comprimé, de gélules et parfois de solution buvable.

Ce produit est vendu en pharmacie, en parapharmacie et dans les magasins bio. La toile peut aussi regorger de sites vendant librement de l’acérola. Toutefois, veillez à choisir un site fiable qui peut vous procurer des produits de haute qualité. Voici justement un site e-marchand qui vous propose de l’acérola riche en vitamine C naturelle.

L’acérola, les associations possibles

L’acérola peut s’associer avec un grand nombre de plantes, notamment celles qui sont qualifiées d’adaptogènes, revitalisantes et énergisantes.

En cas de fatigue persistante ou de baisse de l’immunité, il peut être utilisé en synergie avec la gelée royale et le ginseng pour faire le plein d’énergie et booster la défense immunitaire.

Les sportifs de haut niveau, les convalescents et les personnes victimes d’une baisse de la libido peuvent également prendre de l’acérola en association avec la maca et le tribulus. Cette association booste l’énergie physique et sexuelle.

L’association avec la spiruline peut aussi être envisagée pour les personnes qui souffrent d’anémie ou d’asthénie. En effet, le mélange est très riche en fer et en vitamine C.

Encore peu courante et pourtant très efficace, l’association acérola + rhodiola ou griffonia simplicifolia équilibre le système nerveux, améliore la qualité du sommeil et réduit le stress.

Utilisé avec la guarana, l’acérola est un excellent tonique. Il favorise la concentration et la vivacité d’esprit.

Pour les femmes enceintes et celles qui allaitent, l’acérola peut être combiné avec la spiruline, la baie de Goji et la gelée royale. C’est un mélange intéressant. Cependant, par mesure de sécurité, il faut choisir des doses faibles. En remplaçant la baie de Goji par des Oméga-3, l’association est aussi efficace pour booster la croissance et le développement des jeunes enfants.

L’acérola est aussi un puissant immunostimulant surtout s’il est utilisé avec d’autres plantes comme le ganoderma, l’echinacea ou la cannelle.

Pour prévenir le cancer, l’acérola peut être utilisé en association avec le ganoderma.

L’acérola augmente les effets antioxydants de l’alfalfa et du soja.

Interactions avec d’autres substances

En raison de son importante concentration de vitamine C, l’acérola ne doit pas être utilisé en association avec certains médicaments avec lesquels il peut avoir des interactions. C’est le cas des antiplaquettaires et des anticoagulants comme la wafarine. Il ne doit pas non plus être pris simultanément avec des œstrogènes. Il peut augmenter le taux d’absorption de ces derniers. Enfin, l’acérola peut aussi réduire l’efficacité de la fluphénazine.

Les recherches effectuées sur l’acérola

De nombreuses recherches scientifiques ont été effectuées sur l’acérola afin de mettre en évidence l’utilité et les bienfaits de cette plante. Voici quelques-unes d’entre elles :

  • En 2003, une étude réalisée in vitro a révélé que l’acérola a des vertus anti-inflammatoires. Il a agi sur des macrophages mis en culture en diminuant leurs inflammations.
  • Une autre étude réalisée par des chercheurs japonais en 2004 sur des staphylococcus epidermidis a démontré que la plante possède des propriétés anti-bactériennes. Cette étude complète une autre étude réalisée en 1993 par des scientifiques guatémaltais. Ces derniers ont découvert que sur un certain nombre de plantes sudaméricaines, l’acérola a été la plus efficace pour traiter des champignons pathogènes.
  • La même étude réalisée par l’équipe japonaise en 2004 a également permis de savoir que l’acérola a une action toxique sur des cellules cancéreuses. Une autre étude a montré qu’un traitement à base d’acérola à raison de 700mg/kg a bloqué le développement des cellules tumorales d’une souris.
  • En 2001, une étude a montré que l’acérola, en association avec le soja et l’alfalfa, bloque l’oxydation de certains mauvais cholestérols. Cet est dû est à sa forte teneur en vitamine C. Une autre étude, plus récente, réalisée en 2013 cette fois-ci, révèle que l’acérola protège les cellules sanguines et certains organes des effets contre l’obésité.

Se mettre à la culture d’acérola

L’acérola est un arbre d’origine tropicale qui pousse spontanément en Amérique du sud, notamment au Brésil, au Pérou et au Venezuela. Il est aussi présent aux Etats-Unis. Il a été introduit en Floride et continue d’y être cultivé ainsi que dans le sud du Texas. L’acérolier préfère les sols des régions humides et chaudes de l’Amérique latine. Voilà pourquoi, il est encore difficile de le cultiver sous nos latitudes à moins de le cultiver en pot et de le faire entrer en serre à l’arrivée du froid.

Outre ses vertus thérapeutiques, l’acérolier a aussi un pouvoir ornemental. Beaucoup de gens le cultivent uniquement pour son pouvoir décoratif.

L’acérola est une plante qui s’adapte à une température moyenne de 26°C. Il ne résiste pas à des températures en dessous de 0°C.

Dans des conditions optimales, ses feuillages restent constants et la fructification a lieu au début de l’été et au printemps.

L’acérolier ne demande pas un sol spécifique, toutefois un sol sableux à tendance argileuse est conseillé. Cet arbre requiert une haute teneur en humidité. Vous pouvez le multiplier par divers procédés tels que la multiplication par semis, le greffage et le bouturage. Une bonne fertilisation du sol et un drainage avec du sable sont aussi indiqués durant la culture.

Conclusion

Bref, l’acérola est un allié de choix pour améliorer sa santé et son bien-être au quotidien. Extrêmement riche en vitamines, notamment en vitamine C, et en oligo-éléments, cette plante permet à l’organisme de lutter contre la fatigue nerveuse et physique. Elle procure une sensation globale de dynamisme et de regain d’énergie. Elle aide à lutter contre le stress, l’anxiété et la dépression. Associée à une bonne alimentation, elle constitue aussi une arme idéale pour prévenir les maladies saisonnières comme le rhume. Les personnes atteintes de maladies articulaires comme l’arthrite et le rhumatisme peuvent aussi effectuer une cure à base d’acérola. Cette plante renforce les os et aide à prévenir ces maladies. Ainsi, c’est une excellente alternative aux médicaments chimiques et synthétiques.

Innombrables, voilà comment on peut qualifier les bienfaits de l’acérola. Cette petite baie au pouvoir magique s’invite de plus en plus sur notre table même si elle vient de loin. Contrairement aux produits à base de vitamine C de synthèse, ce complément alimentaire est 100% naturel. La vitamine C qu’il contient est facilement assimilable par notre organisme. Il procure ainsi tous les bienfaits de la vitamine C sans effets indésirables.